Mathieu Bertola, Musées de la Ville de Strasbourg

Horaires d'accueil
du au

Présentation

C’est dans un esprit d’avant-garde que Theo Van Doesburg, Hans Jean Arp et Sophie Taeuber-Arp réalisent en 1928 les décors du complexe de loisirs de l’Aubette. L’intégralité du premier étage est aujourd’hui restituée et classée au titre des Monuments historiques. En empruntant l’escalier au dessin géométrique, vous découvrirez le Ciné-dancing, et son décor élémentariste, le Foyer-bar qui permettait de prendre un verre en suivant la projection, et la Salle des fêtes qui décline une stricte composition orthogonale.

Informations complémentaires

« Placer l'homme dans la peinture plutôt que devant elle », affirmait Van Doesburg. Initialement pourvue de 4 niveaux, le bâtiment voit aujourd'hui l'intégralité du premier étage restituée et classée. L'histoire de l'Aubette, de son origine militaire fin XVIIIe s., jusqu'à l'inauguration du complexe de loisirs en 1928, y est évoquée au moyen de fiches thématiques, de bornes multimédias et du mobilier muséographie trilingue (français, anglais, allemand) présent sur place. Un audio guide quadrilingue (français, allemand, anglais, néerlandais) téléchargeable gratuitement sur le site des Musées de la Ville de Strasbourg ou via l’Istore permet également de compléter la visite de manière ludique et interactive.

Histoire du musée

L’Aubette (1765-72) est la seule partie réalisée d’un projet ambitieux pour aménager la place Kleber (architecte J-P Blondel). Pendant un siècle, le bâtiment abrita l’Etat-Major et un café-concert. En 1869 les collections du musée municipal de peinture et de sculpture furent installées au 1er étage. Il s’agissait de tableaux envoyés par Paris, des saisies révolutionnaires et des prises de guerre qui furent exposées dans les appartements royaux du palais Rohan jusqu’à ce que Napoléon 1er les occupe. Ils furent alors transférés rue Brulée dans l’ancienne mairie. Ils disparurent dans les bombardements de 1870, sauf un buste du cardinal par Bouchardon. De l’Aubette il ne restait que la façade.
L’architecte de la ville J. Geoffroy reconstruit le bâtiment en ajoutant des médaillons avec des bustes de musiciens. Des boutiques occupaient le rez-de-chaussée et le conservatoire de musique ainsi qu’une salle de concert le premier.
Un grand projet d’avant-garde conduisit à l’Aubette 1928, « chapelle sixtine de l’art abstrait ». Les décorations défraichies, dissimulées en 1938 furent redécouvertes dans les années 1970. L’Aubette a été complètement rénovée entre 1985 et 2006.

Place Kléber
67000 Strasbourg

Tél. : 03 68 98 51 60
Site : www.musees.strasbourg.eu

Contactez-nous par mail

Accès

  • Desservi par une ligne régulière de bus / tram
  • En train/TER

Réseaux du musée